Arc-en-ciel

Voici une dictée composée par Eve Gladu, monitrice en français écrit au CARÉ. Cette dictée comprend 32 pièges variés.

bandeau_antidote

Arc-en-ciel

Marie-Thérèse peint avec ses émotions. Hier, elle en était remplie : elle a tenté une toile abstraite composée d’une pléthore de couleurs. Avec véhémence, elle a entrepris sa toile avec l’application de couleurs chaudes : quelques taches grenadine et grenat à droite, puis des dégradés safran, orangés, pourpres et orange. Elle l’a poursuivie vers la gauche avec des coups de pinceau violets, argentés, pastel, turquoise et pervenche. Toutefois, pour cette création pittoresque, elle a omis la couleur bise, qu’elle trouve saugrenue. Pour conclure cette toile, elle l’a gratifiée de deux grands traits anthracite. Alors, elle a pris du recul pour admirer sa création, qu’elle a nommée : les arcs-en-ciel.

peint : v. peindre au présent de l’indicatif, 3e personne du singulier (sujet : Marie-Thérèse). Représenter par l’art de la peinture. Les verbes un –indre et en –soudre perdent leur d au présent de l’indicatif à la 1re, à la 2e et à la 3e personne du singulier : ils ont des terminaisons en s, s, t (je crains, tu dissous, il peint).

ses : dét. poss. son au féminin pluriel (détermine émotions). À ne pas confondre avec le déterminant démonstratif homophone ces (« que voici »). Pour distinguer les deux types de déterminants, on peut reformuler au singulier, où la prononciation est différente : son émotion (possessif), cette émotion (démonstratif).

remplie : part. passé du verbe remplir au féminin singulier. Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire être s’accorde avec son sujet (ici elle).

tenté : part. passé du verbe tenter. Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir demeure invariable quand le complément direct (ici une toile abstraite composée d’une pléthore de couleurs) est placé après le verbe.

composée : adj. composé au féminin singulier (s’accorde avec toile). Constitué de plusieurs éléments.

pléthore : n. f. Abondance, excès de quelque chose.

couleurs : n. f. couleur au pluriel. Sensation produite sur l’œil par les diverses radiations de la lumière; qualité particulière de ces radiations. Le nom couleur est ici pluriel, car le nom pléthore, qu’il complète, indique qu’il y a plus qu’une couleur.

véhémence : n. f. [Soutenu] Force impétueuse, violence, emportement, intensité.

entrepris : part. passé du verbe entreprendre. Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir demeure invariable quand le complément direct (ici sa toile) est placé après le verbe.

taches : n. f. tache au pluriel. Petit espace de couleur différente qui tranche sur un fond d’une autre couleur. À ne pas confondre avec le nom paronyme tâche (« travail », « corvée »).

grenadine : adj. (invariable). De la couleur de la grenadine (sirop à base de jus de grenade ou d’autres fruits rouges). Les couleurs provenant d’un nom demeurent invariables.

grenat : adj. (invariable). Dont la couleur est rouge sombre. Les couleurs provenant d’un nom demeurent invariables.

safran : adj. (invariable). De la couleur jaune-orangé du safran. Les couleurs provenant d’un nom demeurent invariables.

orangés : adj. orangé au masculin pluriel (s’accorde avec dégradés). De couleur orange. Les couleurs simples s’accordent en genre et en nombre avec le nom qu’elles qualifient.

pourpres : adj. pourpre au masculin pluriel (s’accorde avec dégradés). Rouge foncé. Pourpre est considéré comme un adjectif, et non plus comme un nom désignant une couleur. Cet adjectif s’accorde donc en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte.

orange : adj. (invariable). De la couleur de l’orange. Les couleurs provenant d’un nom demeurent invariables.

poursuivie : part. passé du verbe poursuivre au féminin singulier. Continuer. Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir s’accorde lorsqu’il est accompagné d’un complément direct placé avant le verbe (ici l’, mis pour toile). Le participe passé poursuivi s’accorde donc au féminin singulier.

coups : n. m. coup au pluriel. Mouvement d’un outil, d’un instrument qu’on utilise. À ne pas confondre avec les noms homophones cou (« partie du corps ») et cout (« prix, valeur »).

pinceau : n. m. Instrument composé d’un faisceau de poils ou de fibres fixé au bout d’un manche, servant à appliquer de la couleur, de l’encre, de la colle, etc. Le nom pinceau reste au singulier dans l’expression plurielle coups de pinceau (on donne des coups avec le pinceau).

violets : adj. violet au masculin pluriel (s’accorde avec coups). Qui est d’une couleur provenant d’un mélange de bleu et de rouge. Les couleurs simples s’accordent en genre et en nombre avec le nom qu’elles qualifient.

argentés : adj. argenté au masculin pluriel (s’accorde avec coups). Qui a la couleur de l’argent. Les couleurs simples s’accordent en genre et en nombre avec le nom qu’elles qualifient.

pastel : adj. (invariable). D’une teinte claire et douce comme celle du pastel. Les couleurs provenant d’un nom demeurent invariables.

turquoise : adj. (invariable) D’une couleur qui constitue un mélange de bleu clair et de vert pomme. Les couleurs provenant d’un nom demeurent invariables.

pervenche : adj. (invariable) D’une couleur bleu clair tirant sur le mauve, comme celle de la pervenche. Les couleurs provenant d’un nom demeurent invariables.

pittoresque : adj. pittoresque au féminin singulier (s’accorde avec création). Qui est exprimé, représenté de façon vivante.

omis : part. passé du verbe omettre. Oublier ou négliger (quelque chose, quelqu’un) dans une énumération, une explication, une analyse. Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir demeure invariable quand le complément direct (ici la couleur bise) est placé après le verbe. Pour se rappeler que le participe passé omis s’écrit avec un s final au masculin, on peut se baser sur son féminin, omise, où le s est audible.

bise : adj. bis au féminin singulier (s’accorde avec couleur) D’un gris brunâtre. Les couleurs simples s’accordent en genre et en nombre avec le nom qu’elles qualifient.

saugrenue : adj. saugrenu au féminin singulier (s’accorde avec le pronom relatif qu’, mis pour la couleur bise). Qui déconcerte; étrange et un peu ridicule.

gratifiée : part. passé du verbe gratifier au féminin singulier. Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir s’accorde lorsqu’il est accompagné d’un complément direct placé avant le verbe (ici l’, mis pour cette toile). Le participe passé gratifié s’accorde donc au féminin singulier.

anthracite : adj. (invariable) D’une couleur gris foncé. Les couleurs provenant d’un nom demeurent invariables.

pris : part. passé du verbe prendre. Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir demeure invariable quand le complément direct (ici du recul) est placé après le verbe.

recul : n. m. Mouvement en arrière. À ne pas confondre avec les conjugaisons homophones du verbe reculer : je recule, tu recules.

nommée : part. passé du verbe nommer au féminin singulier. Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir s’accorde lorsqu’il est accompagné d’un complément direct placé avant le verbe (ici que, mis pour sa création). Le participe passé nommé s’accorde donc au féminin singulier.

arcs-en-ciel : n. m. arc-en-ciel au pluriel. Arc lumineux qui comprend l’ensemble des couleurs du prisme, du violet au rouge, et qui constitue un phénomène météorologique que l’on voit parfois lorsque les gouttelettes d’eau d’une averse réfractent, réfléchissent et dispersent, à la manière d’un prisme, la lumière blanche du Soleil. Dans un nom composé, les prépositions demeurent invariables (ici, en) et les noms s’accordent, sauf s’ils complètent un autre nom. Ici, ciel complète le nom arc, il demeure donc invariable, alors qu’arc prend un s.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *