Déjà vu

Voici la dictée qui a permis à Virginie Roy de remporter la deuxième place lors du concours Compose ta dictée Antidote 2012. Le but du concours était de composer une dictée avec le maximum de pièges variés. (41 pièges)

 

 

bandeau_antidote

 

shapeimage_2

 

Déjà-vu OU Déjà vu : n. m. Ce qui a été vu et mémorisé par un individu.

Toute : adv. L’adverbe tout signifie « totalement » ou « très », et est généralement invariable. Il s’accorde cependant (pour des raisons d’harmonie sonore) quand il précède un mot féminin commençant par une consonne ou par un aspiré. Dans ce cas, tout s’écrit au féminin, singulier ou pluriel selon le nombre du mot qu’il précède. Ici, l’adjectif féminin haletante commence par unaspiré. L’accord doit donc se faire.

haletante : adj. haletant au féminin singulier (s’accorde avec je, qui désigne la narratrice). Qui halète, qui est à bout de souffle.

céruléen : adj. (s’accorde avec ciel). [Soutenu] De couleur bleu azur.

nuages : n. m. nuage au pluriel. Quand un nom sans déterminant suit la préposition sans, ce nom peut être singulier ou pluriel selon le sens ou la logique de la phrase, une fois ramenée à un contexte positif. Pour savoir si le nom nuage doit être singulier ou pluriel dans un ciel céruléensans nuages, on pose la question suivante : s’il y en avait, y aurait-il un seul nuage dans le ciel ou, au contraire, plusieurs nuages? Dans le cas présent, il y aurait très probablement plusieurs nuages; nuages sera donc pluriel.

hâtais : v. se hâter à l’imparfait de l’indicatif, 1re personne du singulier (sujet : je). Se dépêcher.

chez-moi : n. m. Domicile personnel. Le nom chez-moi s’écrit avec un trait d’union, mais on n’en met pas s’il s’agit plutôt d’un groupe prépositionnel (exemple : je reviens chez moi demain).

Quelque : adv. L’adverbe quelque est toujours invariable. Il peut modifier un adjectif, un nom commun ou un autre adverbe dans la proposition de concession. Dans cet emploi, quelquesignifie « si » et confère à la concessive un style soutenu. À ne pas confondre avec le déterminant quelque(s).

puissants : adj. puissant au masculin pluriel (s’accorde avec anxiolytiques). Qui a beaucoup de puissance ou de pouvoir.

fussent : v. être à l’imparfait du subjonctif, 3e personne du pluriel (sujet : mes anxiolytiques).

anxiolytiques : n. m. anxiolytique au pluriel. Médicament contre l’anxiété.

angoissais : v. angoisser à l’imparfait de l’indicatif, 1re personne du singulier (sujet : je). [Familier]. Éprouver de l’angoisse.

continument OU continûment : adv. De manière continue, sans interruption, continuellement. Graphie rectifiée : continument (sans accent circonflexe).

sureté OU sûreté : n. f. Sécurité. Graphie rectifiée : sureté (sans accent circonflexe).

pénitentiaire : adj. masc. sing. (s’accorde avec établissement). Qui se rapporte aux prisonniers.

avait : auxil. avoir à l’imparfait de l’indicatif, à la 3e personne du singulier (sujet : plus d’un). Quand plus d’un a une valeur de pronom et qu’il est employé comme sujet, le verbe s’accorde au singulier, même si cette expression implique logiquement l’idée de pluralité. L’accord du verbe au singulier est justifié par le fait que le noyau du sujet est singulier et non pluriel. Dans plus d’unun est au singulier. C’est avec ce mot singulier que se fait l’accord, pas avec le sens pluriel global. Donc, ici, l’auxiliaire avait s’accorde avec la 3e personne du singulier.

garantie : part. passé du verbe garantir, au féminin singulier. Le participe passé conjugué avecavoir s’accorde avec le complément direct (CD) si ce complément se trouve placé avant le participe passé (à sa gauche). Dans ce cas-ci, le CD l’, mis pour la sureté, est situé à gauche. Le participe passé s’accorde donc au féminin singulier. Attention : ce verbe s’écrit sans u après le g initial (contrairement à la graphie anglaise).

instinct : n. m. Intuition.

susurrait : v. susurrer à l’imparfait de l’indicatif, 3e personne du singulier (sujet : mon instinct). Murmurer quelque chose, dire à voix basse. 

Méfie : v. se méfier à l’impératif, 2e personne du singulier. Ne pas faire confiance.

t’en : pron. pers. te (élidé) suivi du pron. pers. en. Le pronom personnel t’ se joint avec un trait d’union au verbe impératif dont il est complément. Par contre, c’est l’apostrophe qui est requise entre te et en quand on élide le pronom te pour des raisons d’harmonie sonore.

ces : dét. démonstratif ce au masculin pluriel (détermine ouï-dire). À ne pas confondre avec le déterminant possessif ses (pluriel de son).

ouï-dire : n. m. Information transmise par autrui, par la rumeur publique. Ce nom se compose du participe passé du verbe ouïr (verbe vieilli ou soutenu qui signifie « écouter »), d’où le tréma sur le i. Il est invariable au pluriel.

C’eût été : pron. démonstratif ce (élidé) suivi du verbe être au plus-que-parfait du subjonctif, 3e personne du singulier (sujet : c’, mis pour ce). Attention : au plus-que-parfait du subjonctif, l’auxiliaire est conjugué à l’imparfait du subjonctif et prend donc un accent circonflexe : eût. Sans accent circonflexe (eut), il s’agirait plutôt du passé antérieur (exemple : il se leva aussitôt qu’il eut fini de manger).

naïf : adj. Qui marque la crédulité excessive, l’ignorance. L’adjectif naïf reste au singulier (on l’accorde avec le sujet c’) même s’il est précédé de l’expression des plus, puisque cette expression est ici synonyme de « extrêmement » : C’eût été extrêmement naïf

faire fi : loc. verbale [je supprime: faire fi de au participe présent (ici, la locution est à l’infinitif; il n’y a donc pas lieu de préciser quoi que ce soit]. Mépriser, ne pas tenir compte de quelque chose.

exhortation : n. f. Discours, paroles par lesquels on exhorte. Exhorter : [Soutenu] inciter par des recommandations, des paroles convaincantes à faire quelque chose.

Arrivée : part. passé du verbe arriver. Un participe passé employé seul, c’est-à-dire non conjugué avec l’auxiliaire être ni avec l’auxiliaire avoir, s’accorde comme un simple adjectif avec le nom qu’il qualifie. Ici, le participe passé arrivée s’accorde avec le pronom je, mis pour la narratrice. 

deux et demie : loc. nom. désignant un appartement de deux pièces et demie. L’expression et demi(e), qui suit toujours un nom, s’accorde en genre avec le mot qu’elle qualifie, mais jamais en nombre. Elle reste toujours au singulier parce qu’elle signifie « et un(e) demi(e) ». Ici, demieaccompagne le nom féminin pièce (sous-entendu : deux pièces et la demie d’une pièce).

horreur : n. f. Impression violente causée par la vue ou la pensée d’une chose affreuse. 

quasi-totalité : adv. Presque. L’adverbe quasi requiert le trait d’union quand il est utilisé comme préfixe devant un nom commun.

était : v. être à l’imparfait de l’indicatif, 3e personne du singulier (sujet : la quasi-totalité des pièces). Quand le nom collectif est précédé d’un déterminant défini (la quasi-totalité), l’insistance porte généralement sur la globalité, et le verbe se conjugue préférablement au singulier.

sens dessus dessous : loc. adj. inv. Dans un grand trouble, bouleversé. Cette expression s’écrit sans traits d’union, bien que les mots dessus et dessous qui la composent entrent dans diverses autres locutions avec trait d’union (au-dessouspar-dessus, etc.). Prononciation : dans cette locution, le final du mot sens ne se prononce pas, ce qui peut laisser croire erronément qu’il faut écrire sans.

accompagnait : v. accompagner à l’imparfait de l’indicatif, 3e personne du singulier (sujet : un mot). Aller avec quelque chose ou quelqu’un.

amaryllis : n. f. Plante bulbeuse ornementale, aux fleurs odorantes d’une couleur éclatante.

bourgogne : adj. (s’accorde avec amaryllis) [Québec] De la couleur pourpre des vins de Bourgogne. Quand un nom est utilisé comme adjectif de couleur, celui-ci reste invariable; dans cet emploi du nom, le nom couleur est généralement sous-entendu.

laissé : part. passé du verbe laisser. Un participe passé employé seul, c’est-à-dire non conjugué avec l’auxiliaire être ni avec l’auxiliaire avoir, s’accorde comme un simple adjectif avec le nom qu’il qualifie. Ici, le participe passé laissé s’accorde avec le nom masculin singulierbouquet

stupéfaction : n. f. Grand étonnement qui empêche de réagir ou d’agir.

terreur : n. f. Peur violente et incontrôlable, qui empêche d’agir, qui paralyse.

siéent : v. seoir au présent de l’indicatif, 3e personne du pluriel (sujet : la stupéfaction et la terreur). Convenir à, être approprié à.

à merveille : loc. adv. Parfaitement, dans une parfaite harmonie. Le nom merveille reste au singulier dans cette expression.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *