La bévue

Voici une dictée composée par Eve Gladu, monitrice en français écrit au CARÉ.
Ce texte comporte 23 pièges variés.

Photo: Béatrice Viens Côté

bandeau_antidote

 

 

La bévue

Sursaut : cœur qui bat à toute allure ! Ton réveille-matin n’a pas sonné : tu crains d’être en retard. Dans la noirceur, tu tâtonnes pour trouver des vêtements. Tu revêts le premier short qui te tombe sous la main et un gaminet qui trainait sur le plancher. Haletante, tu sors de ta chambre et passes à la salle de bains pour te brosser les dents. Tu enfiles ton sac et tes sandales et quittes l’appartement à toute vitesse.

Dans la rue, les piétons, hébétés, se retournent sur ton passage. Trop pressée pour te préoccuper de leur regard, tu poursuis ta route. Tu dévales les escaliers du métro et entres dans le premier wagon. Les portes se ferment et tu vois ton reflet : malheur, tu vêts ton pyjama noir à pois roses! Toute honteuse, tu baisses la tête et espères ne pas être en retard…

 

bévue : n. f. Méprise, erreur commise par ignorance, inadvertance.

Sursaut : n. m. Action de sursauter.

à toute allure : loc. adv. À toute vitesse. Ici, tout détermine le nom allure. Il s’accorde donc en genre et en nombre avec celui-ci, soit au féminin singulier.

réveille-matin : n. m. Appareil indiquant l’heure et dont la sonnerie se déclenche automatiquement à une heure déterminée à l’avance. Réveille-matin est un nom composé formé du verbe réveiller (« tirer du sommeil ») conjugué à l’indicatif présent singulier, et du nom matin. Attention à la confusion entre le verbe réveille et le nom homophone réveil (« passage de l’état de sommeil à l’état de veille »).

sonné : part. passé du verbe sonner. Le participe passé conjugué avec avoir s’accorde avec le complément direct (CD) si ce dernier se situe à gauche du verbe. Ici, le verbe sonner n’a pas de CD. Le participe passé demeure donc invariable.

crains : v. craindre à l’indicatif présent, 2e personne du singulier (sujet : tu). Avoir une émotion désagréable due au fait qu’on croit ne pas pouvoir échapper à une situation considérée probable; éprouver de l’inquiétude. Les verbes en indre se conjuguent sans d à l’indicatif présent (je crains, tu crains, il craint).

tâtonnes : v. tâtonner à l’indicatif présent, 2e personne du singulier (sujet : tu). Chercher en tâtant pour reconnaitre un lieu, en étant dans l’incapacité de voir. Les verbes se conjuguant comme le verbe modèle aimer prennent toujours un s à la 2e personne du singulier au présent de l’indicatif. Le verbe tâtonner, tout comme tâter, s’écrit avec un accent circonflexe sur le a. Attention au double n!

revêts : v. revêtir à l’indicatif présent, 2e personne du singulier (sujet : tu). Mettre sur soi. Le verbe revêtir, tout comme vêtir et dévêtir, est un verbe irrégulier. Il conserve un t à l’indicatif présent, contrairement à certains autres verbes se terminant en tir, comme sentir (tu sens).

short : n. m. Culotte courte portée pour le sport, pour les vacances, etc. Le mot short, provenant du mot anglais shorts, est maintenant accepté en français.

gaminet : n. m. [Québec] Tee-shirt.

trainait OU traînait : v. trainer à l’imparfait de l’indicatif, 3e personne du singulier (sujet : le pronom relatif qui, mis pour un gaminet). Être en désordre en encombrant. Graphie rectifiée : trainait (sans accent circonflexe).

haletante : adj. haletant au féminin singulier (s’accorde avec tu). Qui halète, qui tient en haleine.

salle de bains OU salle de bain : loc. nom. fém. sing. Pièce avec eau courante équipée d’une baignoire et d’une installation sanitaire. Le nom bain s’écrit généralement au pluriel dans cette expression (salle(s) de bains), mais certains ouvrages de référence attestent aussi le singulier (salle(s) de bain).

appartement : n. m. Dans un immeuble, une maison assez grande, ensemble de pièces destinées à l’habitation. Attention : ce nom s’écrit avec deux p en français (contrairement à l’anglais, qui l’écrit avec un seul p : apartment).

à toute vitesse : loc. adv. À une vitesse élevée.

hébétés : adj. hébété au masculin pluriel (s’accorde avec piétons). Qui dénote la surprise, l’ahurissement. Note : le h est muet.

pressée : part. passé du verbe presser employé comme adjectif, au féminin singulier (s’accorde avec le pronom tu, mis pour la personne dont on parle; on sait qu’il s’agit d’une personne de sexe féminin grâce à l’adjectif haletante mentionné plus haut).

leur regard OU leurs regards: groupe nominal composé du déterminant possessif leur et du nom regard. Le déterminant possessif leur est variable, alors que le pronom personnel leur est invariable. Comme les autres déterminants possessifs (mon, ton, son, notre, votre), il se rapporte à un nom et s’accorde avec lui. Truc : pour vérifier qu’il s’agit bien du déterminant possessif, on peut remplacer leur par mon ou ma, et leurs par mes. Ici, le singulier (leur regard) et le pluriel (leurs regards) sont permis, selon que l’on considère le regard unique de chaque personne ou l’ensemble de tous les regards.

wagon : n. m. Véhicule ferroviaire tiré par une locomotive et destiné au transport de marchandises, d’animaux. Attention : ce nom s’écrit avec un w initial, même si l’on prononce « va-gon ».

vêts : v. vêtir à l’indicatif présent, 2e personne du singulier (sujet : tu). Porter un vêtement, mettre sur soi. Le verbe vêtir est un verbe irrégulier. Il conserve un t à l’indicatif présent contrairement à certains autres verbes se terminant en tir, comme sentir (tu sens).

pois : n. m. Motif ornemental constitué d’un petit disque coloré. Ce nom s’écrit toujours avec un s, même au singulier (un pois, des pois). Ici, le nom pois est au pluriel, puisqu’il y a plusieurs pois sur le pyjama.

roses : adj. rose au masculin pluriel (s’accorde avec pois). Qui est d’une couleur dont les manifestations sont similaires à la couleur de la rose commune; qui est d’un rouge très pâle. Rose est considéré comme un adjectif et non plus comme un nom désignant une couleur. Cet adjectif s’accorde donc en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte.

toute : adv. (devant un adjectif). Complètement. L’adverbe tout s’accorde seulement s’il précède un adjectif féminin débutant par une consonne ou un h aspiré. Ici, il précède l’adjectif honteuse, féminin singulier, qui débute par un h aspiré : on l’accorde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *