La môme

Voici une dictée composée par Annie-Pier Pelchat, monitrice en français écrit au CARÉ. Ce texte comporte 26 pièges variés.

 

 

bandeau_antidote

 

 

la mome

 

môme : n. môme au féminin singulier. [Familier] Enfant.

Jadis : adv. Dans un passé lointain, il y a longtemps; anciennement, autrefois.

cet : dét. dém. ce au masculin singulier, à sa forme euphonique (détermine air). À ne pas confondre avec la forme cette, féminin singulier (cette belle jeune fille).

air : n. m. Mélodie. À ne pas confondre avec les noms homophones aire (« surface, territoire »), ère (« époque »), erre (« vitesse résiduelle d’un navire »), ers (« plante »), haire (« chemise grossière » ou « étoffe ») et hère (« homme misérable » ou « cerf »).

embarrassant : adj. (s’accorde avec air). Qui gêne, met dans l’embarras. Attention : ce mot s’écrit avec deux r et deux s.

obsédait : v. obséder à l’imparfait de l’indicatif, 3e personne du singulier (sujet : le pronom relatif qui, mis pour cet air embarrassant). Tracasser, tourmenter sans relâche l’esprit.

baroques : adj. baroque au féminin pluriel (s’accorde avec sonorités). Style musical du XVIIe et du début du XVIIIe siècle, caractérisé par l’utilisation de la basse continue, la richesse de l’ornementation et la naissance de formes nouvelles.

errait : v. errer à l’imparfait de l’indicatif, 3e personne du singulier (sujet : le pronom relatif qui, mis pour un air aux sonorités baroques). Aller sans but dans des directions diverses.

ses : dét. poss. son au féminin pluriel (détermine nuits). À ne pas confondre avec le déterminant démonstratif homophone ces (ces femmes là-bas).

accordéoniste : n. Personne qui joue de l’accordéon. Note : accordéoniste ne prend qu’un seul n, comme violoniste.

sempiternellement : adv. D’une manière qui semble devoir durer éternellement et qui est lassante.

bercé : part. passé du verbe bercer. Le participe passé employé avec l’auxiliaire être s’accorde en genre et en nombre avec le sujet. Ici, le sujet est ce refrain.

Seine : n. pr. f. Fleuve de France (776 km), qui prend sa source dans le plateau des Langres, arrose les régions d’Île-de-France et de Haute-Normandie, et rejoint la Manche par un estuaire. À ne pas confondre avec le nom homophone scène (« partie surélevée d’un lieu où se produit un artiste ou un groupe d’artistes »).

Dès lors : adv. De là, donc, en conséquence.

bohèmes : n. bohème au pluriel. Écrivain, artiste, etc., qui mène une vie vagabonde, marginale, au jour le jour.

Montmartre : npr. Quartier de Paris, sur la rive droite de la Seine, sur la colline de Montmartre. Montmartre s’écrit en un mot, sans trait d’union, à la différence de Mont-Royal.

incessante : adj. incessant au féminin singulier (s’accorde avec mélodie). Qui ne cesse pas; qui se poursuit sans interruption.

veines : n. f. veine au pluriel. Vaisseau qui ramène le sang des organes vers le cœur.

hymne : n. m. Chant ou poème lyrique qui célèbre quelqu’un ou quelque chose.

sous-jacent : adj. (s’accorde avec message). Caché.

peut être : v. pouvoir suivi du v. être. Le verbe peut est conjugué à la 3e personne du singulier (sujet : la musique). À ne pas confondre avec l’adverbe homophone peut-être (« possiblement »), qui s’écrit avec un trait d’union.

atteint : v. atteindre à l’indicatif présent, 3e personne du singulier (sujet : elle). Parvenir à toucher.

Certes : adv. [Soutenu] Surement, assurément.

jouvencelle : n. jouvenceau au féminin singulier. [Vieux] Adolescent.

Indubitablement : adv. Indéniablement, sans aucun doute.

prononcé : part. passé du verbe prononcer au masculin singulier. Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire être s’accorde en genre et en nombre avec le sujet. Ici, le sujet sous-entendu de l’infinitif être prononcé est un souvenir trop douloureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *