Le sort d’un écrivain

Voici une dictée composée par Caroline Lefevbre, monitrice en français écrit au CARÉ.
Ce texte comporte 28 pièges variés.

bandeau_antidote

Le sort d’un écrivain

Muni d’un verre d’eau-de-vie bien rempli, d’une plume et d’assez d’encre pour réécrire l’œuvre entière de Baudelaire, il s’installait confortablement dans son fauteuil. Ses idées d’écriture lui venaient soit de rêves interminables soit de mythes intemporels. Ses mains n’avaient aucun contrôle sans la compagnie du bois de la plume. C’est comme si tout son corps était prédestiné à l’écriture et que toutes les autres activités quotidiennes n’étaient pas adaptées à sa condition d’écrivain. En certaines occasions, il lui arrivait d’écrire des dépliants quelconques ou des essais platoniques pour pouvoir conserver son petit studio ou pour manger maigrement. Malheureusement, ce n’était pas avec sa désolante carrière d’essayiste qu’il pouvait se distinguer de ses contemporains pédants. Cet auteur fantasmait à l’idée d’être reconnu à sa juste valeur, et c’est ce qui l’entraina vers cette nuit blanche parsemée de vers, de proses lyriques et de passion.

 

sort : n. m. Ce qui advient de la situation d’une personne. À ne pas confondre avec le nom homophone sore (« groupe de fougères ») ou avec la forme verbale sors (forme conjuguée du verbe sortir).

Muni : part. passé du verbe munir employé comme adjectif, au masculin singulier (s’accorde avec il). Pourvu.

eau-de-vie : n. m. Alcool produit par la distillation de céréales, de tubercules, de fruits, ou par celle de jus de fruit déjà fermenté.

rempli : part. passé du verbe remplir employé comme adjectif, au masculin singulier (s’accorde avec verre).

encre : n. f. Liquide, préparation pâteuse noire ou d’une autre couleur, employée pour écrire, pour dessiner, pour imprimer, pour photocopier. À ne pas confondre avec le nom homophone ancre (« lourd instrument pour immobiliser un bateau »).

Baudelaire : Charles Baudelaire (1821-1867). Écrivain français. Critique et traducteur littéraire, il est surtout connu pour son œuvre poétique qui eut une grande influence (les Fleurs du mal, 1857).

fauteuil : n. m. Siège individuel à dossier et à bras.

Ses : dét. poss. son au féminin pluriel (détermine idées). Qui lui appartient. À ne pas confondre avec le déterminant démonstratif ces (ces idées-là).

mythes : n. m mythe au pluriel. Récit mettant en scène des personnages surhumains et des actions imaginaires symbolisant certains aspects de la réalité. À ne pas confondre avec le nom homophone mite (« insecte »).

intemporels : adj. intemporel au masculin pluriel (s’accorde avec mythes). [Soutenu] Qui est, par nature, étranger au temps; sur quoi le temps n’a pas de prise.

corps : n. m. Partie matérielle d’un être animé. Le nom corps s’écrit avec un s final même au singulier.

prédestiné : adj. (s’accorde avec corps). Dont le destin est ou semble fixé à l’avance.

adaptées : part. passé du verbe adapter au féminin pluriel. Modifier quelque chose pour l’accorder avec une autre chose, une autre personne. Lorsque conjugué avec l’auxiliaire être, le participe passé s’accorde avec le sujet (ici, toutes les autres activités quotidiennes).

dépliants : n. m. dépliant au pluriel. Prospectus plié. Attention à la terminaison en –ant, à la différence de déplient (verbe déplier conjugué à l’indicatif ou au subjonctif présent, 3e personne du pluriel).

quelconques : adj. quelconque au masculin pluriel (s’accorde avec dépliants). Qui n’a aucun caractère spécial, dont la qualité ou la valeur est médiocre.

essais : n. m. essai au pluriel. Ouvrage en prose regroupant des réflexions diverses sur un sujet, sans l’épuiser. Attention à la terminaison en –ai, à la différence de essaie (verbe essayer conjugué à l’indicatif ou au subjonctif présent, 3e personne du singulier).

platoniques : adj. platonique au masculin pluriel (s’accorde avec essais). Qui est purement formel, théorique, sans effet réel.

désolante : adj. désolant au féminin singulier (s’accorde avec carrière). [Soutenu] Qui désole.

essayiste : n. m. Auteur d’essais littéraires.

contemporains : n. contemporain au masculin pluriel. Personne qui vit à la même époque qu’une autre.

pédants : adj. pédant au masculin pluriel (s’accorde avec contemporains). Qui fait étalage de son savoir livresque d’une manière affectée et vaniteuse.

cet : dét. dém. ce au masculin singulier, dans sa forme euphonique. Pour des raisons d’harmonie sonore, le déterminant ce prend la forme cet devant un nom masculin qui commence par une voyelle ou par un h muet (cet avion, cet homme). À ne pas confondre avec la forme cette, féminin singulier (cette chose, cette amie, cette hutte).

auteur : n. Écrivain qui a écrit plusieurs ouvrages littéraires. À ne pas confondre avec le nom homophone hauteur (« distance par rapport au sol »).

fantasmait : v. fantasmer à l’imparfait de l’indicatif, 3e personne du singulier (sujet : Cet auteur). Se laisser aller, s’abandonner à des productions de l’imagination qui expriment des désirs conscients ou inconscients. Note : la graphie phantasmer ne s’utilise plus de nos jours.

entraina OU entraîna : v. entrainer au passé simple de l’indicatif, 3e personne du singulier (sujet : qui, mis pour ce). Graphie rectifiée : entrainer (sans accent circonflexe).

parsemée : part. passé du verbe parsemer employé comme adjectif, au féminin singulier (s’accorde avec nuit). [Figuré] Semer quelque chose de.

vers : n. m. Assemblage de mots mesuré et cadencé selon certaines règles et constituant une unité rythmique. À ne pas confondre avec les noms homophones verre (« récipient à boire »), ver (« petit animal au corps mou »), vert (« couleur ») et vair (« fourrure »).

prose OU proses : n. f. prose au singulier ou au pluriel. Forme ordinaire du discours parlé, qui n’est pas assujettie aux règles prosodiques, rythmiques, euphoniques de la poésie formelle. Ici, on accepte le singulier ou le pluriel, selon que le nom prose est employé comme entité non comptable (de la prose) ou comme entité comptable (des proses).

lyrique OU lyriques : adj. lyrique au féminin singulier ou pluriel (s’accorde avec prose ou proses). [Figuré] Exalté, passionné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *