L’exaltation ultime

Voici une dictée composée par Caroline Lefebvre, monitrice en français écrit au CARÉ. Ce texte comporte 29 pièges variés.

 

 

bandeau_antidote

Titre de la dictée : L’exaltation ultime

Par Caroline Lefebvre

Récemment, je me suis décidée à recommencer à courir. L’idée m’est venue lorsque je me suis souvenue que, jeune fille, j’adorais courir dans la cour de récréation. Perçu comme un simple jeu, en vieillissant, ce sport s’est effacé de mes habitudes de vie. Or, maintenant, je cours afin de combattre mon sentiment d’oppression, qui ne cesse de s’accroitre avec la vie surchargée que je mène. Lorsque je cours, j’éprouve un amalgame de sensations plus enivrantes les unes que les autres. De plus, je me sens en complète symbiose avec l’asphalte. J’atteins grâce à l’endorphine et à l’acide lactique qui remplissent mes muscles une exaltation que nulle autre activité ne m’a permis de vivre à ce jour. Mes membres cessent systématiquement d’être atrophiés, mon pouls augmente, des perles de sueur coulent le long de ma nuque et l’adrénaline se disperse au travers de mon corps entier. Une fois terminée, la course m’a permis de me détendre à un tel point que j’ai l’impression que tous mes soucis se sont évaporés.

167 mots

27 difficultés

 

CORRIGÉ DE LA DICTÉE « L’EXALTATION ULTIME »

décidée : part. passé du verbe décider au féminin singulier. En contexte pronominal, si le verbe a un complément direct, on applique la règle de l’auxiliaire avoir : on accorde seulement si le complément direct est placé à gauche. Ici, le complément direct est le pronom s’ (mis pour je, qui représente la narratrice). Il est placé à gauche : le participe passé s’accorde donc au féminin singulier.

venue : part. passé du verbe venir au féminin singulier. Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire être s’accorde en genre et en nombre avec le sujet (ici l’idée).

souvenue : part. passé du verbe souvenir au féminin singulier. En contexte pronominal, le participe passé s’accorde avec le sujet (ici l’idée) quand le pronom réfléchi est sans fonction logique.

courir : v. Les verbes courir, mourir et nourrir sont souvent l’objet d’hésitation. La racine du verbe courir s’écrit avec un seul r, comme l’adjectif ou le nom courant.

cour de récréation : loc. nom. fém. sing. Dans une école, espace découvert et limité où les écoliers peuvent s’adonner à des activités extérieures ou se délasser, notamment pendant les récréations. À ne pas confondre avec le nom homophone cours (« enseignement suivi sur une matière ») ou avec les verbes homophones court (verbe courir à la 3e personne du singulier) et cours (verbe courir à la 1re personne et à la 2e personne du singulier).

Perçu : part. passé du verbe percevoir employé comme adjectif, au masculin singulier (s’accorde avec sport).

effacé : part. passé du verbe effacer au masculin singulier. En contexte pronominal, si le verbe a un complément direct, on applique la règle de l’auxiliaire avoir : on accorde seulement si le complément direct est placé à gauche. Ici, le complément direct est le pronom s’ (mis pour sport). Il est placé à gauche : le participe passé s’accorde donc au masculin singulier.

Or : conj. de coord. Cependant. À ne pas confondre avec la préposition homophone hors (« à l’extérieur de »).

oppression : n. f. [Figuré] Malaise psychique, accompagné d’une sensation de poids sur la poitrine.

s’accroitre OU s’accroître : v. Devenir plus grand, en parlant d’une valeur. Graphie rectifiée : accroitre, sans accent circonflexe.

surchargée : part. passé du verbe surcharger employé comme adjectif, au féminin singulier (s’accorde avec vie).

amalgame : n. m. Mélange disparate de choses ou de personnes très différentes.

sensations : n. f. sensation au pluriel. Un amalgame étant un mélange de plusieurs choses, le nom sensation doit s’écrire au pluriel.

enivrantes : adj. enivrant au féminin pluriel (s’accorde avec sensations). [Moderne] Qui excite les sens, qui exalte.

symbiose : n. f. Union de deux choses ou personnes qui dépendent grandement l’une de l’autre.

asphalte : n f. Mélange calcaire imprégné de bitume et destiné au revêtement des voies de circulation.

atteins : v. atteindre au présent de l’indicatif, 1re personne du singulier (sujet : j’). Attention : la forme conjuguée de ce verbe s’écrit sans d.

endorphine : n. f. Hormone sécrétée par l’hypothalamus, groupe de peptides isolés à partir de l’hypophyse (plus précisément le lobe intermédiaire de cet organe), et dont l’efficacité contre la douleur est comparable à celle de la morphine.

acide lactique : loc. nom. masc. sing. Dans certains microorganismes et dans les cellules d’organismes supérieurs, acide qui se forme par fermentation de sucres.

nulle : dét. nul au féminin singulier (détermine activité) [Soutenu] Aucun.

permis : part. passé du verbe permettre au masculin singulier. Le participe conjugué avec l’auxiliaire avoir reste invariable quand le complément direct (ici de vivre) est placé à droite du verbe. Ne pas oublier le s final, qu’on entend dans la forme féminine permise.

atrophiés : adj. atrophié au masculin pluriel (s’accorde avec membres). [Figuré] Anormalement faible.

pouls : n. m. Battement d’un vaisseau sanguin dû aux contractions cardiaques. Le nom pouls s’écrit toujours avec un s. Pour ne pas oublier le l, inaudible, on peut penser au synonyme pulsation, qui en contient aussi un. À ne pas confondre avec le nom homophone pou (« insecte parasite externe de l’homme et de certains mammifères ») et son pluriel, poux.

corps : n. m. Partie matérielle d’un être animé. Le nom corps s’écrit toujours avec un s.

fois : n. f. Occurrence d’un évènement. À ne pas confondre avec les noms homophones foi (« croyance » ou « confiance ») et foie (« organe »).

terminée : part. passé du verbe terminer employé comme adjectif, au féminin singulier (s’accorde avec course).

à un tel point que : conj. Au point que.

tous : dét. tout au masculin pluriel (détermine mes soucis).
évaporés : part. passé du verbe évaporer au masculin pluriel. En contexte pronominal, le participe passé s’accorde avec le sujet (ici tous mes soucis) quand le pronom réfléchi est sans fonction logique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *